Caroline Charles
Ostéopathe

Cicatrisation et ostéopathie

Conseils

Nous parlerons ici uniquement des cicatrices résultantes d’opérations. Leur aspect sera dépendant de nombreux facteurs comme l’endroit de l’intervention, les gestes chirurgicaux réalisés, l’âge du patient (un patient jeune cicatrisera plus rapidement avec une régénérescence cellulaire est plus rapide), sa consommation d’alcool, son exposition au soleil…

Si certains facteurs ne sont donc pas contrôlables, l’aspect final et la bonne cicatrisation peuvent être contrôler un minium, via une prise en charge progressive et adaptée, telle que l’ostéopathie.

cicatrisation et ostéopathie

La cicatrisation comment ça marche ?

Il comprend trois stades :

  • Phase de multiplication. Durant ce stade la cicatrice est globalement fine et peu voyante, elle dure environ 15j
  • Phase inflammatoire. Peut durer entre 3 et 6 mois. La zone devient rouge et elle peut également démanger. Elle devient plus voyante, et peut-être qualifiée de « gonflée » Ce stade se termine quand la rougeur de la cicatrice et son épaisseur s’estompent
  • Remodelage. Phase plus ou moins longue à la fin de laquelle la cicatrice aura son aspect final

Votre Ostéopathe de Guyancourt vous explique:

Les conséquences d'une cicatrice

Lors d’une intervention chirurgicale, quelle que soit sa localisation sur le corps, des points de tensions peuvent se créer sur les tissus qui sont à proximité. Les tissus peuvent être aussi bien des structures musculaires, qu’aponévrotiques, que fasciales.

Lorsque les adhérences deviennent trop importantes, des zones de « nœuds » regroupant des muscles, tendons, épiderme, ligament peuvent se mettre en place. Ces tissus adoptent une position de « confort » de « protection » et se figent ainsi, ce qui n’est clairement pas physiologique.

Cette position entraine donc :

  • Une perte de souplesse, d’élasticité des tissus
  • Une perte de fonction des différents tissus regroupés
  • Une restriction de mobilité et une douleur, qui par un cercle vicieux, crée une appréhension du patient face à une possible algie lors du mouvement, l’insistant donc à moins bouger, et alimentant donc à terme ces nœuds

Les signes d’une mauvaise cicatrisation ?

Certaines cicatrices cicatriseront très bien, toutes seules, sans nécessité de massage, de mobilisation ou de travail dessus. Cependant, dans certains cas plusieurs manifestations seront des signes d’un besoin d’intervention de votre ostéopathe de Guyancourt Coralie Silbermann :

 

  • Cicatrice douloureuse
  • Gonflement au niveau de ses berges
  • Douleur sourde, profonde, diffuse en périphérie de la zone
  • Diminution de l’amplitude des mouvements (au niveau de l’articulation en regard de la cicatrice, exemple : l’épaule lors d’une opération du sein)
  • Gêne dans l’exécution des mouvements assurés par l’articulation

Votre Ostéopathe prend votre cicatrisation en main

Deux plans seront possibles, et exécutables en complémentarité :

En consultant votre ostéopathe Coralie Silbermann :

Elle pourra améliorer la cicatrice en elle-même ainsi que les conséquences probables d’une « mauvaise » cicatrisation :

  • En travaillant sur les tissus avoisinants
  • En limitant leur tension
  • En leur redonnant une élasticité, une souplesse

 

Dès lors que le pansement est enlevé, il devient possible de commencer un travail précoce sur la cicatrice, accompagné de votre ostéopathe qui vous indiquera les précautions à prendre et vous expliquera comment vous, chez vous, pourrez continuer de contribuer à cette mobilisation.

Le traitement consistera en des mobilisation la zone en plusieurs temps, suivant la date qui vous sépare de l’intervention. Plus celle ci sera loin plus la mobilisation sera complète, avec une amplitude progressivement importante, de façon à obtenir à terme des mouvements fluides, sans restrictions ni douleurs.

L’approche sera douce, et sans contrainte autant pour le tissu que pour vous et surtout non intrusive.

Quels bénéfices d'une prise en charge par votre Ostéopathe

Votre ostéopathe de Guyancourt pourra améliorer la cicatrice en elle-même ainsi que les conséquences probables d’une « mauvaise » cicatrisation. En effet, en travaillant sur les tissus avoisinants et en limitant leur tension, en leur redonnant une élasticité, une souplesse, les tissus seront moins traumatisés, laissant une liberté de mouvement et d’amplitude plus large aux articulations, et au corps.

Coralie Silbermann travaillera avec un objectif d’étirement des tissus, avec une approche également loco-locale sur la cicatrice elle-même, si cela le permet, afin de gagner progressivement, de façon non intrusive et surtout pérenne en souplesse, et en amplitude de mouvement.

Vitamine C

Les conseils de votre ostéopathe de Guyancourt

Appliquer certains conseils hygiéno-diététiques :

  • Il faut éviter l’alcool et le tabac, qui ont tendance à ralentir les processus de cicatrisations
  • Ne pas négliger l’alimentation, en assurant notamment un bon apport en protéine (viande, œuf, produits laitiers…), et en vitamine C  (fruits, légumes crus) qui renforce le système immunitaire et stimule la régénération des cellules
  • Il est nécessaire de s’octroyer du repos, et un sommeil de qualité. Ces deux phénomènes permettront de reconstruire un maximum de tissus dans un meilleur laps de temps
  • Une fois la plaie fermée, vous pouvez appliquer une huile cicatrisante, du beurre de karité afin ‘aider à l’hydratation
  • Enfin, il faut prendre son temps avant de solliciter à nouveau la zone, avec une reprise progressive

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion