Caroline Charles
Ostéopathe

Mal de dos

En France, 60% à 75 % des personnes adultes vont souffrir un jour d’un lumbago. Cette douleur commune et handicapante se situe au niveau des lombaires. Bien que le lumbago coute plus de 100 million d’euros par an à la sécurité sociale (entre les arrêts maladies, radiographies et antalgiques), entre 10% et 23% des lumbagos sont mal soignés aujourd’hui et durent ainsi plus de 3 mois.

L’assurance maladie a pris le taureau par les cornes et a lancé aujourd’hui une grande campagne d’information et de prévention pour réduire l’impacte du mal de dos dans la vie quotidienne des français.

Dans la même optique votre Ostéopathe Caroline Charles souhaite vous faire partager ses connaissances. Dans cet article, nous allons parler de l’origine anatomique du lumbago en expliquant comment fonctionne les vertèbres lombaires et quels sont leurs rôles. Dans un second temps, votre praticienne vous explique les différentes causes amenant au lumbago.

Vertèbres lombaires, le pilier de notre colonne

La colonne vertébrale peut être divisée en trois parties : La première, au niveau du cou, est la partie cervicale, la seconde au milieu du dos, est la partie thoracique et enfin celle du bas est la partie lombaire. Chacune des parties est composées de vertèbres, c’est-à-dire des os qui composent la colonne comme des maillons d’une chaine. La partie qui nous intéresse est celle des lombaires constituées de  5 des 33 vertèbres de la colonne.

Les vertèbres lombaires sont plus larges et épaisses que celles du reste de la colonne. Leur fonction est de supporter le poids de notre corps. Leur forme leur permet pendant le mouvement  de verrouiller la colonne pour empêcher les rotations, tout en permettant la flexion, l’extension et la flexion latérale. C’est pourquoi la majorité des traumatismes lombaires se font durant une rotation du buste.  

Pour bien comprendre, pendant un mouvement, les vertèbres glissent les unes sur les autres pour dérouler l’action.

Entre 2 vertèbres, il y a 2 types d’articulations : à l’avant l’articulation entre les corps vertébraux et à l’arrière les articulations post apophysaires.

L’articulation à l’avant, a pour rôle principal d’amortir les chocs et l’articulation arrière, assure la mobilité lombaire.

 

Entre chaque vertèbre se trouve des disques intervertébraux, composés à 90% d’eau. Ces disques servent d’amortisseurs à vos os afin d’éviter qu’ils ne frottent entre eux et s’abiment. Ils solidarisent les vertèbres successives et résistent à la pesanteur.

Pour que chaque os puisse bouger, les vertèbres sont reliées en arrière par des surfaces articulaires aussi appelées facettes articulaires. Dans le cas des lombaires, les facettes assurent la mobilité mais limitent également l’amplitude des mouvements et en particulier les mouvements de rotation. Lors d’un mouvement les 2  facettes articulaires doivent rester congruentes/doivent se chevaucher. Pour concerver cette congruence, ils existent des  muscles profonds qui relient les vertèbres entre elles

Ce sont ces muscles qui sont responsables de la douleur  en cas de lumbago.

Le lumbago une boucle réflexe

La lombalgie n’est pas un diagnostique en soit il s’agit d’un  symptôme : une douleur lombaire. Il existe 3 types de lombalgies :

-la lombalgie aiguë alias lumbago, une douleur installée depuis quelques jours et pouvant durer jusqu’à plusieurs semaines.

- la lombalgie chronique, qui est installée depuis plus de 3 mois.

-la lombalgie récidivante ou récurrente, suite de douleurs aiguës se répétant sur quelques mois à quelques années.

La douleur apparait lorsqu’un ou plusieurs muscles assurant la mobilité des facettes lombaires se spasment. Ils se contracturent en réponse à un ou des mouvements  plus ample(s) que ce que permet(tent) la physiologie lombaire. Les facettes lombaires vont alors s’éloigner et les muscles intervertébraux seront alors étirés dans un premier temps. Grace au reflexe myotatique, on aura une contraction réflexe de ses muscles évitant la dissociation facettaire.

Les patients parlent souvent de blocage au niveau du bas de leur dos ou de « vertèbres déplacées ». Heureusement les vertèbres ne se déplacent pas, elles restent au sain de la colonne vertébrale. Le blocage ou l’incapacité à faire des mouvements avec son dos est la résultante de la contracture musculaire.  Contrairement à ce que l’on pense, un lumbago n’a pas besoin d’un événement traumatique pour se déclencher. Il résulte le plus souvent d’un enchainement de mauvaises positions qui ont trop sollicités les muscles lombaires, associés à un terrain d’hypo mobilité vertébrale.

En ostéopathie, il est primordial de trouver la structure qui a engendré un terrain favorable au déclenchement du lumbago.

Les différentes causes d’une lombalgie

Votre ostéopathe de Guyancourt souhaite vous expliquer les différentes causes que peuvent avoir un lumbago. Pour traiter un lumbago il ne suffit pas que de détendre les muscles, il faut mener l’enquête afin d’éviter d’autres récidives! Toutes ces causes ont un traitement ostéopathique adéquat que votre  praticienne de Saint Quentin en Yvelines est apte à vous prodiguer.

Les causes mécaniques :

Ce sont les causes les plus fréquentes, elles peuvent être dut à un micro ou macro traumatismes (port de charges lourdes ou métiers physiques..), d’une scoliose (créant un déséquilibre au niveau de lombaires), ou autres particularités physiques comme une jambe plus haute que l’autre. Les douleurs peuvent apparaitre après plusieurs années de sur-sollicitation des lombaires, qui finissent par déboucher sur une grosse douleur.

Les causes Neurologiques :

C’est le pincement ou la compression d'une racine ou d'un nerf.  Cela peut résulter d’une hernie discale ou bien à l’arthrose qui déforme les vertèbres. Une partie de l’os déformé irritera  alors le nerf. 

Les causes viscérales :

Il faut savoir que vos organes ne flottent pas dans votre abdomen. Ils sont maintenu par des « sacs », appelé omemtum ou péritoine, ainsi que par des ligaments. Leur anatomie est complexe. Mais  pour éviter les descentes viscérales, ces « sacs » sont pour la plupart insérés à l’avant de votre colonne lombaire et sur votre sacrum. Si un organe digestif ou bien du petit bassin manque de mobilité, il est possible que cela se répercutent sur ses ligaments de soutien, entrainant une raideur lombaire et une sur sollicitation des muscles lombaires.

Les causes pathologiques

Certaines maladies qui endommagent les articulations, comme l’arthrite ou arthrose, vont créer une fragilité au niveau des vertèbres lombaires. Pour pallier au déficit articulaire, les muscles lombaires seront plus recrutés et ont plus de risque de se contracturer.

Le bon fonctionnement de votre colonne lombaire est la résultante de nombreux facteurs. Pour bien fonctionner, il faut que de nombreux paramètres soient équilibrés. Avant l’apparition des douleurs, il est préférable de faire un contrôle régulier chez votre ostéopathe. Vous emmenez régulièrement votre voiture faire une révision chez le garagiste, alors prenez l’habitude de le faire également avec votre corps.  


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion