Caroline Charles
Ostéopathe

Douleurs articulaires

Nous sommes tous familiers avec ce bruit que nous entendons, ce petit claquement sonore au détour d’un mouvement. Celui qui peut parfois nous paniquer.  Ce poignet qui claque sur la souris de l’ordinateur ou encore ce genou qui s’exprime pendant un accroupissement.

Mais sinon c’est quoi ce bruit ?

Petit tour d’anatomie, pour les curieux, le « crac » vient de vos articulations plus précisément d’un liquide à l’intérieur des articulations, appelé la Synovie.

Cette Synovie a pour but d’empêcher le frottement entre les os et d’amortir les chocs.  Elle nourrit également les os en nutriments essentiels à leur bonne santé.

Quand le « crac » retentit c’est que nous appelons la cavitation, c’est un mouvement de liquide d’un endroit à un autre. Un peu comme l’eau dans les tuyaux.

Je craque sans gêne !

Une pensée assez courante est que le craquement peut être symptomatique d’une maladie. Ce n’est pas toujours le cas.

 La synovie de vos articulations varie selon les individus. La génétique, la température corporelle et l’âge en sont des facteurs importants. 

De base, la synovie est liquide, elle agit comme une bulle de compression entre les articulations. Mais chez certaines personnes, elle est plus visqueuse et peut entrainer des craquements réguliers.

Si ces craquements ne provoquent pas de gênes dans le mouvement alors l’articulation va bien.

Si vous craquez régulièrement et que tout va bien alors vous êtes une personne craquante.

Je craque ça soulage !

Une autre pensée courante est que le craquement soulage une douleur ou une gêne. Comme votre dos après trop de temps sur l’ordinateur. La douleur finit par revenir et le craquement devient régulier.

Dans ce cas, le « crac » est une alerte.

Une articulation en souffrance peut aussi créer plus de craquements. La synovie de votre articulation devient plus visqueuse et le « crac » ne fait que masquer la douleur.   Limitez l’auto craquement, car la douleur ne sera que masquer temporairement et les craquements réguliers pourraient inflammer davantage l’articulation.

Quand la gêne est régulière et la douleur persistante, il est temps de consulter !

Ensemble, par des manipulations nous allons libérer l’articulation, afin de lui rendre sa pleine mobilité.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion